Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Apocalypto (Mel Gibson - 2006)

Publié le par Frédéric Coulon

Pitch :

Dans les temps turbulents précédant la chute de la légendaire civilisation Maya. Jeune père porteur de grandes espérances, chef de son petit village, Patte de Jaguar vit une existence idyllique brusquement perturbée par une violente invasion. Capturé et emmené lors d'un périlleux voyage à travers la jungle pour être offert en sacrifice aux Dieux de la Cité Maya, il découvre un monde régi par la peur et l'oppression, dans lequel une fin déchirante l'attend inéluctablement. Poussé par l'amour qu'il porte à sa femme, à sa famille et à son peuple, il devra affronter ses plus grandes peurs en une tentative désespérée pour retourner chez lui et tenter de sauver ce qui lui tient le plus à coeur.

Avis :

Le débarquement des hommes blancs n'arrivent qu'à la toute fin des deux heures 16 minutes de film. Dommage ! L'intérêt pour Mel  Gibson de livrer une grande histoire dans la grande aurait été salutaire pour son long-métrage ultra-violent, dont la violence est gratuitement délivrée. Cette histoire de mano à mano entre un chef de tribu esclavagiste et un jeune père de famille Maya chasseur vire à la petite histoire au sein de la Grande Histoire qu'aurait pu être affichée différemment : montrer cette décadence de la civilisation Maya à l'aune du débarquement des Blancs, telle une confrontation inégale entre des Blancs armés de fusils, et des Mayas équipés de sarbacane, arcs et autres javelots.

Au lieu d'une grande histoire épique, Mel Gibson réduit le champ de ses perspectives à une lutte pour la survie d'un jeune chasseur Maya, capturé d'entrée de film par une escouade esclavagiste Maya. Certaines scènes et séquences sont ultra-gores. Ce qui dénote ce film encore plus. A filer parfois la nausée. On revoit là le Mel Gibson de La Passion du Christ, mettant en scène la violence à son paroxysme. Je préfère vous proposer bientôt Tu ne tueras point, toujours de Mel Gibson, pour relever le tableau.

En revanche il faut bien admettre qu'en matière de décors, costumes et maquillages ce long-métrage est grandiose.

Et j'attends toujours la réouverture des cinémas pour vous proposer des critiques de nouveaux films récents. En attendant, tout un programme s'annonce cette semaine qui vient, avec un film critiqué par jour, depuis Netflix.

Commenter cet article